Association
pour la Défense de l'Environnement
et la Maîtrise de l'Urbanisation
à Brétigny-sur-Orge
L'ADEMUB est membre de France Nature Environnement
Accueil du siteActualités, débats, propositions

Brèves
Quand les actes contredisent les paroles !

Décidément, les pouvoirs en place, à droite comme à gauche et à tous les niveaux, n’aiment pas les associations qui œuvrent pour la défense de notre environnement, pourtant fort menacé.

1- Le Conseil départemental, dont le maire de Brétigny est vice-président, supprime sans vergogne et sans discussion la subvention 2016 de l’ADEMUB.

2- Le conseil régional de Mme Pécresse supprime ou réduit fortement les subventions aux associations qui mènent un combat de tous les jours pour le développement de l’agriculture biologique en Ile-de-France, région la plus en retard en ce domaine.

3- Le ministère de l’environnement de Mme Royal supprime totalement les subventions 2016 de 6 associations nationales qui agissent pour le développement du vélo en France.

L’ADEMUB s’élève avec la plus grande vigueur contre ces coups de force visant le mouvement associatif, élément pourtant indispensable dans le bon fonctionnement de notre démocratie et dans la lutte contre tout ce qui porte atteinte à notre environnement, à notre vie !

Quel gâchis !

La Ville de Paris collecte chaque automne 40.000 tonnes de feuilles mortes. De quoi faire beaucoup de bon compost pour nos jardins et nos espaces verts en mal d’amendements.

Mais non, figurez-vous !

Ces feuilles sont tellement polluées aux hydrocarbures qu’elles sont impropres au compostage. Elles vont directement alimenter les usines d’incinération. Quel gâchis ! On marche vraiment sur la tête dans notre beau pays. Merci aux automobilistes et autres conducteurs d’engins polluants qui, non contents d’attenter à la santé des habitants, s’en prennent même à ces pauvres feuilles tourbillonnantes dont la carrière se termine aussi lamentablement. Il est vraiment urgent de libérer Paris du tout-automobile.

Et à Brétigny, qu’en est-il ? Où vont nos feuilles mortes ?

Réforme de l’affichage publicitaire.

La loi Macron 2 prévoyait une réforme de l’affichage publicitaire en autorisant l’implantation de panneaux publicitaires plus grands et plus nombreux sous le prétexte de relancer l’économie en sollicitant les citoyens pour qu’ils consomment davantage.

Mais ce mardi 9 février, Ségolène Royal et Emmanuel Macron ont indiqué que les règles ne seront pas assouplies : le gouvernement abandonne donc la réforme de l’affichage publicitaire qui aurait autorisé l’implantation de panneaux de 4 m x 3 m à l’entrée des petites communes faisant partie d’une unité urbaine de plus de 10 000 habitants – contre 100 000 habitants actuellement.

Toutefois la mesure qui ouvre la possibilité d’affichage pour les grands stades à l’occasion de la Coupe d’Europe de football de juin et juillet (Euro 2016) est maintenue. Cette disposition autorise des panneaux ne pouvant excéder 50 m2 et s’élever à plus de 10 m du sol sur l’emprise des équipements sportifs d’une capacité d’au moins 15 000 places assises – soit une cinquantaine de stades.

Les associations de défense des paysages regrettent que cette mesure n’ait pas été retirée. « A part faire un cadeau à Decaux, une des plus grosses sociétés d’affichage urbain, le maintien de cette mesure n’est pas compréhensible, d’autant que les deux tiers des stades se situent en ville. » précise Benoît Hartmann de France Nature Environnement.

Collectif 91 Non aux gaz et huile de schiste

Le Collectif 91 Non aux gaz et huile (pétrole) de schiste organise de nouvelles réunions d’information dans des communes de l’Essonne.

La prochaine réunion aura lieu à Evry, samedi 21 mars à 14h30 à la Maison des syndicats, place des Terrasses.

Une autre réunion est prévue le vendredi 3 avril à 20h30 à Breuillet salle des Larris, 8 rue des écoles.

Au programme : projection d’un documentaire suivie d’un débat animé par le Collectif. Quelques livres sont proposés à la vente pour compléter votre information.

Démocratie participative : les mots et les actes
Le « Parole » de janvier consacre un article à la démocratie participative et à la concertation. Un article qui laisse penser que Brétigny serait un modèle du genre. Certes, il y a des réunions de quartiers une fois par an, quelques commissions fonctionnent plus ou moins bien, il est possible de rencontrer le maire et ses adjoints chaque mois au marché, on fait une réunion publique quand se présente un grand projet... L’article va même jusqu’à évoquer les deux comités de quartier, alors que ceux-ci n’existent plus depuis deux ans, le poste administratif qui assurait leur secrétariat ayant été supprimé et l’élu concerné s’étant désintéressé de la chose. La vision que l’on a, à la mairie, de la concertation, se limite le plus souvent à des séances d’information de projets déjà très avancés avec questions du public. Un travail suivi, constant et approfondi, notamment avec les associations comme la nôtre par exemple, qui commence dès l’origine d’un projet et prend en compte les observations et propositions présentées, voilà la véritable concertation. Or, nous sommes le plus souvent mis devant le fait accompli, notamment en matière de circulations. La vraie démocratie participative a bien des progrès à faire à Brétigny, car elle serait, depuis quelque temps, plutôt en régression.

Les terrains de l’ex-base aérienne : une future Zone À Défendre ?

Nos amis Brétignolais l’ont appris par le magazine municipal Paroles et par la presse : l’État décide d’annuler les projets en cours pour la réutilisation des terrains de la base aérienne. L’équilibre prévu, un logement - un emploi, devient caduc. Il est remplacé par un déséquilibre un logement - un logement. En ces temps de chômage de masse, la nouvelle n’a rien de réjouissant. En ces temps de bétonnage, pas de quoi pavoiser : Brétigny perd l’un de ses attraits, son caractère mi-urbain mi-rural.

Nous avons tous des besoins sociaux de transports en commun, de services publics adaptés, de vie urbaine et culturelle, de nature... Mais ces « basses considérations » restent inaudibles pour l’État qui les balaie d’un mouvement de sceptre. Sous le joug des restrictions budgétaires qui frappent les collectivités locales, nous sentons bien venir un impitoyable « débrouillez-vous » étatique. Ce genre de violence de l’État s’appelle une Opération d’Intérêt National, dont le petit nom est « OIN ».

Le terrain de l’ex-base aérienne va-t-il donc se couvrir de dortoirs pour ceux qui n’auront pas pu se loger à proximité du Grand métro du Grand Paris ? Que vont devenir les conditions de vie des habitants actuels de Brétigny et des communes voisines, comme celles des futurs habitants ? Avec de telles orientations, la délinquance va-t-elle baisser ?

Plus 19 000 logements en perspective entre Évry et Brétigny, dont 7 000/7 500 concernant directement Brétigny. À raison de 2,5 personnes par logement, ça donne à la louche plus 20 000 personnes à Brétigny, soit un doublement brutal de la population actuelle de la ville. Comme si le reste du monde était saturé de logements et que les pouvoirs publics n’avaient pas de meilleur choix !

Dans ces conditions, ce « OIN » est inacceptable. Il sera sans doute bientôt nécessaire de commencer par une petite mobilisation, puis d’agir pour qu’elle s’étende dans toutes les populations concernées. Dans quel environnement voulons-nous vivre ? C’est le moment d’adhérer à l’Ademub !

Bien d’autres dossiers engagent aussi notre avenir. Par exemple une demande d’autorisation de la société Vermilion, de développer dans la région son exploitation « d’hydrocarbures dits conventionnels (page 5 du résumé non technique, en ligne sur le site de la Préfecture de l’Essonne). Sauf que cette société est aussi experte en fracturation hydraulique « non conventionnelle », beaucoup plus dangereuse : contaminations de nappes phréatiques, mitages des sols, fuites permanentes de méthane...

(Editorial ADEMUB iNFOS n° 54 juin 2015)




Actualités, débats, propositions