Association
pour la Défense de l'Environnement
et la Maîtrise de l'Urbanisation
à Brétigny-sur-Orge
L'ADEMUB est membre de France Nature Environnement
Accueil du siteActualités, débats, propositions

Brèves
Protégeons nos terres agricoles : signons la pétition

L’équivalent en terres agricoles d’un département français disparaît tous les sept ans. Notre agglomération Cœur d’Essonne, est sur ce point particulièrement menacée. Quelque 500 ha de terres agricoles et d’espaces naturels ont disparu ces dernières années ou vont disparaitre au profit de l’urbanisation.

L’urbanisation excessive nuit à notre qualité de vie et l’ADEMUB milite pour une agriculture de proximité, pour une économie circulaire, préservant les ressources naturelles.

L’agglomération Cœur d’Essonne doit procéder, à l’élaboration de son Projet de Territoire et de son Plan Climat-Air-Énergie territorial. Dans cette perspective, les associations environnementales (dont l’ADEMUB) ont lancé une pétition pour demander la sanctuarisation des dernières terres agricoles.

Déjà plus de 800 personnes l’ont signée. Il est toujours possible de signer la pétition sur internet à l’adresse suivante : https://www.change.org/p/terres-agricoles-cea Alors signons tous la pétition !

« Prêt à jeter »

C’est le titre du documentaire franco-espagnol qui sera rediffusé ce samedi 3 mars à 22h20 sur Arte. Réalisé par Cosima Dannoritzer, ce documentaire a pour thème : l’obsolescence programmée.

Notre modèle de croissance ne peut fonctionner qu’en jetant pour les remplacer –et plutôt assez rapidement- les biens ou produits que nous utilisons dans notre vie quotidienne : un produit jeté = un produit vendu ! Dans les années 50, un concepteur américain déclarait : « Une nation comme la nôtre transforme ses ingénieurs en destructeurs ».

L’obsolescence programmée : une idée vieille comme l’industrie et plus que jamais d’actualité.

Alors n’oubliez pas samedi 3 mars à 22h20 sur Arte.

Sauvons les terres agricoles !
Sur notre agglomération, de nombreuses terres agricoles ont disparu et d’autres sont menacées. La fédération Orge Hurepoix Environnement vous invite à signer une pétition. Il vous suffit de taper « change.org orge hurepoix environnement » sur votre moteur de recherche. La ligne « Pétition. Monsieur le Président de Cœur d’Essonne … » s’affiche. Vous n’avez plus qu’à cliquer dessus.
Quand les actes contredisent les paroles !

Décidément, les pouvoirs en place, à droite comme à gauche et à tous les niveaux, n’aiment pas les associations qui œuvrent pour la défense de notre environnement, pourtant fort menacé.

1- Le Conseil départemental, dont le maire de Brétigny est vice-président, supprime sans vergogne et sans discussion la subvention 2016 de l’ADEMUB.

2- Le conseil régional de Mme Pécresse supprime ou réduit fortement les subventions aux associations qui mènent un combat de tous les jours pour le développement de l’agriculture biologique en Ile-de-France, région la plus en retard en ce domaine.

3- Le ministère de l’environnement de Mme Royal supprime totalement les subventions 2016 de 6 associations nationales qui agissent pour le développement du vélo en France.

L’ADEMUB s’élève avec la plus grande vigueur contre ces coups de force visant le mouvement associatif, élément pourtant indispensable dans le bon fonctionnement de notre démocratie et dans la lutte contre tout ce qui porte atteinte à notre environnement, à notre vie !

Quel gâchis !

La Ville de Paris collecte chaque automne 40.000 tonnes de feuilles mortes. De quoi faire beaucoup de bon compost pour nos jardins et nos espaces verts en mal d’amendements.

Mais non, figurez-vous !

Ces feuilles sont tellement polluées aux hydrocarbures qu’elles sont impropres au compostage. Elles vont directement alimenter les usines d’incinération. Quel gâchis ! On marche vraiment sur la tête dans notre beau pays. Merci aux automobilistes et autres conducteurs d’engins polluants qui, non contents d’attenter à la santé des habitants, s’en prennent même à ces pauvres feuilles tourbillonnantes dont la carrière se termine aussi lamentablement. Il est vraiment urgent de libérer Paris du tout-automobile.

Et à Brétigny, qu’en est-il ? Où vont nos feuilles mortes ?

Editorial

ÉCONOMİE CİRCULAİRE : OBJECTİF ZÉRO DÉCHET

Développement durable oblige : notre campagne d’information sur l’économie circulaire est maintenant lancée. Une première soirée ciné-débat (le 7 avril à Ciné 220) a permis d’éclairer cette notion récente de fonctionnement en boucle de l’économie pour lutter contre les gaspillages et donc économiser nos ressources naturelles et minérales. Cette réflexion doit aussi être l’occasion de rassembler tous les acteurs locaux, de créer une dynamique avec à terme la création d’emplois et un environnement sauvegardé (cf. page 2).

Réduire, Réutiliser, Recycler. Comment ? Nous vous inviterons à venir écouter les explications de nos spécialistes et à visiter nos expositions durant notre semaine d’action du 9 au 16 octobre (cf page 2).

Ces propos sur les déchets nous amènent à penser à nos espaces naturels et sensibles, particulièrement au bois de Beaulieu dont nous avons signalé l’état d’abandon (manifestement la SORGEM, propriétaire des lieux, n’a pas vocation à la gestion de ce genre d’espace), ainsi qu’au domaine régional des Joncs Marins dont, faute de décisions politiques claires, le devenir demeure incertain. Ces lieux sensibles souffrent de plus en plus de la présence de dépôts sauvages et de l’impuissance de nos autorités à les empêcher, la plupart étant situés sur parcelles privées. Cette question des dépôts sauvages devient préoccupante et nous devons réfléchir aux conditions d’acceptation en déchèterie. Par exemple, ne serait-il pas raisonnable de permettre un accès gratuit et sans quotas aux artisans et entreprises ? Une journée de nettoyage de printemps aura lieu le 18 juin, nous y apporterons notre contribution aux cotés de notre ville.

Notre ville prépare la mise en place de son nouveau plan de circulation. Nous nous félicitons d’être parvenus à y apporter notre contribution afin d’y promouvoir les aménagements nécessaires à une circulation apaisée, donnant une plus grande place aux usagers vulnérables (piétons, handicapés et cyclistes).

Forts de cet exemple, nous demandons une plus grande participation à la concertation dans les domaines de l’urbanisme et de l’environnement, car nous savons que des décisions importantes qui engageront notre qualité de vie à Brétigny sur le long terme doivent être prises prochainement, en particulier pour le centre ville.

Plus largement nous travaillons pour être entendus au niveau de la communauté Cœur d’Essonne Agglomération (CEA) dans tous les domaines nous concernant. A cet effet, une démarche va être entreprise, avec les autres associations environnementales de la CEA, en vue de la création d’une structure représentative commune. Nous savons que le président de la CEA envisage de mettre en place, comme la Loi l’y oblige, un Conseil local de développement, organe de concertation au niveau communautaire. Nous ne manquerons pas de lui rappeler sa promesse s’il venait à l’oublier.

Dans ce contexte, nous allons devoir redéployer nos forces pour nous hisser à la hauteur des enjeux. Nous profitons de cette occasion pour remercier chaleureusement Suzanne et Philippe ainsi que Jean-François, qui nous quittent pour gagner la province, de leur contribution importante à la vie de l’Ademub. Tous nos vœux les accompagnent dans leur nouvel environnement.

Alors sympathisants, nouveaux Brétignolais avec envie d’en savoir plus et désireux de participer à la défense de nos valeurs, n’hésitez pas à venir grossir nos rangs. Ou, pourquoi pas, tout simplement nous aider à déposer ce bulletin d’information dans les boites aux lettres de votre quartier. Nous vous souhaitons un bel été.

Edito ADEMUB iNFOS n° 57 (juin 2016)




Actualités, débats, propositions