Association
pour la Défense de l'Environnement
et la Maîtrise de l'Urbanisation
à Brétigny-sur-Orge
L'ADEMUB est membre de France Nature Environnement
Accueil du siteActualités, débats, propositions

Brèves
Protégeons nos terres agricoles : signons la pétition

L’équivalent en terres agricoles d’un département français disparaît tous les sept ans. Notre agglomération Cœur d’Essonne, est sur ce point particulièrement menacée. Quelque 500 ha de terres agricoles et d’espaces naturels ont disparu ces dernières années ou vont disparaitre au profit de l’urbanisation.

L’urbanisation excessive nuit à notre qualité de vie et l’ADEMUB milite pour une agriculture de proximité, pour une économie circulaire, préservant les ressources naturelles.

L’agglomération Cœur d’Essonne doit procéder, à l’élaboration de son Projet de Territoire et de son Plan Climat-Air-Énergie territorial. Dans cette perspective, les associations environnementales (dont l’ADEMUB) ont lancé une pétition pour demander la sanctuarisation des dernières terres agricoles.

Déjà plus de 800 personnes l’ont signée. Il est toujours possible de signer la pétition sur internet à l’adresse suivante : https://www.change.org/p/terres-agricoles-cea Alors signons tous la pétition !

« Prêt à jeter »

C’est le titre du documentaire franco-espagnol qui sera rediffusé ce samedi 3 mars à 22h20 sur Arte. Réalisé par Cosima Dannoritzer, ce documentaire a pour thème : l’obsolescence programmée.

Notre modèle de croissance ne peut fonctionner qu’en jetant pour les remplacer –et plutôt assez rapidement- les biens ou produits que nous utilisons dans notre vie quotidienne : un produit jeté = un produit vendu ! Dans les années 50, un concepteur américain déclarait : « Une nation comme la nôtre transforme ses ingénieurs en destructeurs ».

L’obsolescence programmée : une idée vieille comme l’industrie et plus que jamais d’actualité.

Alors n’oubliez pas samedi 3 mars à 22h20 sur Arte.

Sauvons les terres agricoles !
Sur notre agglomération, de nombreuses terres agricoles ont disparu et d’autres sont menacées. La fédération Orge Hurepoix Environnement vous invite à signer une pétition. Il vous suffit de taper « change.org orge hurepoix environnement » sur votre moteur de recherche. La ligne « Pétition. Monsieur le Président de Cœur d’Essonne … » s’affiche. Vous n’avez plus qu’à cliquer dessus.
Quand les actes contredisent les paroles !

Décidément, les pouvoirs en place, à droite comme à gauche et à tous les niveaux, n’aiment pas les associations qui œuvrent pour la défense de notre environnement, pourtant fort menacé.

1- Le Conseil départemental, dont le maire de Brétigny est vice-président, supprime sans vergogne et sans discussion la subvention 2016 de l’ADEMUB.

2- Le conseil régional de Mme Pécresse supprime ou réduit fortement les subventions aux associations qui mènent un combat de tous les jours pour le développement de l’agriculture biologique en Ile-de-France, région la plus en retard en ce domaine.

3- Le ministère de l’environnement de Mme Royal supprime totalement les subventions 2016 de 6 associations nationales qui agissent pour le développement du vélo en France.

L’ADEMUB s’élève avec la plus grande vigueur contre ces coups de force visant le mouvement associatif, élément pourtant indispensable dans le bon fonctionnement de notre démocratie et dans la lutte contre tout ce qui porte atteinte à notre environnement, à notre vie !

Quel gâchis !

La Ville de Paris collecte chaque automne 40.000 tonnes de feuilles mortes. De quoi faire beaucoup de bon compost pour nos jardins et nos espaces verts en mal d’amendements.

Mais non, figurez-vous !

Ces feuilles sont tellement polluées aux hydrocarbures qu’elles sont impropres au compostage. Elles vont directement alimenter les usines d’incinération. Quel gâchis ! On marche vraiment sur la tête dans notre beau pays. Merci aux automobilistes et autres conducteurs d’engins polluants qui, non contents d’attenter à la santé des habitants, s’en prennent même à ces pauvres feuilles tourbillonnantes dont la carrière se termine aussi lamentablement. Il est vraiment urgent de libérer Paris du tout-automobile.

Et à Brétigny, qu’en est-il ? Où vont nos feuilles mortes ?

Les inondations ne sont pas terminées !

Ayant constaté ce mardi 9 août que les travaux annoncés ne semblaient pas réalisés, nous avons adressé un mail de relance. A la suite de ce courrier, nous avons reçu une réponse du Conseil départemental et une de la Mairie de Brétigny que vous trouverez ci-dessous :

Réponse du Conseil départemental :

Bonjour,

Pour faire suite à vos différentes alertes concernant l’inondation de la piste cyclable dans le secteur de Maison Neuve à Brétigny, je vous informe du fait que la direction des routes du Département a commencé une opération de pompage en début de semaine. Pour des raisons techniques ce pompage a dû être interrompu. L’entreprise en charge de cette intervention doit poursuivre le pompage jusqu’à atteindre le point d’équilibre (génératrice inférieure de l’exutoire de la pompe du Passage Inférieur). Une fois l’eau totalement évacuée, un diagnostic de l’état des installations de relevage sera engagé afin de les remettre en service.

En espérant avoir répondu à vos interrogations.

Cordialement,

Anne-Lise DESMEDT, Chef de projets, Service Etudes et Infrastructures de Transport, Direction des Transports et de la Mobilité Conseil Départemental de l’Essonne

Réponse de la Mairie de Brétigny :

Bonjour,

Sachez que la ville n’est pas inactive concernant ce problème de débordement des eaux sur la RD 19.

Elle a été à l’initiative d’une réunion qui a eu lieu le 30 juin dernier pour régler ce problème. A l’issue de celle-ci des mesures ont été prises comme la mise en place d’un pompage, la remise en état des pompes et la réalisation d’un diagnostic des ouvrages d’évacuation des eaux du RD 19. Suivant son engagement, le Conseil Général poursuit ces actions.

En ce qui concerne, les terrains qui sont en cours d’aménagement sur la zone d’activité de Maison Neuve. Ces derniers répondent au règlement d’assainissement. L’intercommunalité Cœur d’Essonne Agglomération veille au bon respect de ce dernier.

Cordialement

Isabelle REVÊCHON, Service Domanialité

A la fin du mois de juillet, l’Ademub adressait le courrier ci-dessous à Monsieur le Maire de Brétigny qui est également vice-président du Conseil départemental en charge des transports et des mobilités.

Monsieur Nicolas MEARY Vice-Président du Conseil départemental en charge des transports et des mobilités, Maire de Brétigny-sur-Orge

Objet : ID 24 du SDDCD et inondations

Brétigny, le 21 juillet 2016

Monsieur le Vice-Président, Monsieur le Maire,

De passage, ces jours-ci, sur l’itinéraire ID 24 du Schéma directeur départemental des circulations douces (SDDCD), nous avons constaté avec stupéfaction que l’inondation importante qui submerge cette piste cyclable au droit du centre commercial Auchan, de même que le passage souterrain de jonction avec la voie verte qui rejoint l’avenue de la Commune de Paris, demeure dans le même état depuis les fortes pluies du mois de mai.

Plusieurs messages de notre part vous ont décrit les dégâts occasionnés par cette submersion, qui prend de plus en plus l’allure d’un marécage stagnant et nauséabond aux effets destructeurs pour notre environnement, notamment pour la faune et la flore du bois de Beaulieu, et dangereux pour la santé de nos concitoyens, cet état de fait se montrant en outre propice, avec les chaleurs actuelles, à une prolifération de moustiques.

Nous ne comprenons pas pourquoi, deux mois plus tard, rien n’a changé dans la situation. De plus, aucune information ne nous a été communiquée, pas plus qu’aux habitants et autres usagers, sur un éventuel diagnostic des services compétents et sur les mesures envisagées pour mettre fin à cet état de fait, préjudiciable à tous, particulièrement aux usagers de cet axe cyclable départemental important, qui ne peuvent ni se rendre de Brétigny à Arpajon, ni accéder au centre commercial de Maison neuve ou en revenir. Nous rappelons que, lors de l’aménagement de cette piste cyclable, dont nous avons suivi toutes les réunions techniques, nous avions attiré l’attention des services techniques du Conseil général sur le danger d’inondation du passage souterrain en cas de pluie. Ceux-ci nous avaient alors assurés qu’il n’y aurait aucun problème dans la mesure où l’on avait installé des pompes pour parer à toute éventualité de ce côté-là. Nous savons aujourd’hui ce qu’il en est advenu.

Cette situation est donc pour nous inacceptable.

Nous demandons, en conséquence, que des mesures soient prises en urgence pour y mettre fin et pour rendre enfin ces voies à leurs usagers, qui ont été tenus à l’écart de toute concertation sur ce dossier, alors que vous avez rencontré, il y a peu, en votre qualité de vice-président départemental délégué aux mobilités, des représentants de la Fédération pour les circulations douces en Essonne (FCDE), dont l’ADEMUB est membre fondateur.

Nous vous remercions de bien vouloir porter à notre connaissance toutes les informations relatives à ce dossier.

Dans l’attente, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Vice-Président et Maire, nos salutations distinguées.

Pour l’ADEMUB

Gilles LECATRE, Président ; Claude ROMEC, Vice-Président en charge des mobilités

Copies : MM. et Mesdames Cherfa, Devleschauwer, Margueritte, Desmedt, Dabo, CA ADEMUB, CA FCDE

Un mail de Chloé Picard des services techniques de la mairie, en date du 2 août, nous annonçait que le pompage de l’eau dans le passage souterrain devait être réalisé d’ici la fin de la semaine. Or en passant sur les lieux ce mardi 9 août, force est de constater que le pompage n’a pas été effectué et que le passage souterrain est toujours impraticable par les piétons et les cyclistes.




Actualités, débats, propositions