La première phase du quartier Clause arrive bientôt à son terme. Quelles réflexions nous inspire-t-elle et quelles leçons en tirer pour l’avenir ?

L’accouchement fut difficile, le chantier ayant pris quelques années de retard au départ…et quelque 800 logements de plus au passage. Cette première phase, la plus urbaine, nous apparaît très minérale et compacte. Minérales, les constructions qui bordent l’avenue Clause, où les immeubles, comme les habitants, parfois se touchent presque. Une impression certes atténuée par la présence de noues et de quelques alignements et bouquets de végétaux. Avec la clôture, systématique, de chaque pâté de bâtiments, cela donne l’impression d’une juxtaposition de lieux fermés, peu propice à la convivialité.

Minérale aussi la place Garcia Lorca, dans sa quasi-nudité et avec la masse sombre des immeubles qui la jouxtent. Pourquoi en sont absents les toitures et murs végétalisés ? P